samedi 20 août 2016

Nana Tahiti :-(

Nous avons profité une dernière fois du coucher de soleil sur cette plage de sable noir que nous avions découverte la semaine dernière en revenant de la presqu'île. Juste avant nous avions dit "A dans 3 ans" à Jenny, Teaherehau et Haumanava qui ne seront plus un petit garçon et un bébé mais un presque jeune homme et une petite fille. C'est triste quand il faut partir ces amitiés en pointillés du bout du monde... On s'est serrées fort et souhaité de bonnes choses... J'avais appelé Teata et Alice dans l'après midi. La vie a repris son cours à Hanatetena, bingo, pétanque, rentrée des classes, la pluie, la grippe. Là c'était "prends soin de toi, embrasse ton têtu, à bientôt, je t'envoie des photos." Le réveil est prêt pour 4h30, les colliers de départ aussi : celui de Mark de Moorea, ceux de Serge des Marquises, celui de la mamie à qui j'ai commandé un tifaifai. Les maillots et chapeaux sont rangés au fond de la valise. Ce sont les pantalons et pulls qui auront la vedette pour les 11 degrés annoncés à Auckland demain... Il va falloir qu'on trouve des manteaux aussi, peut être... Allez, haut les coeurs, le voyage continue... Mais Tahiti, quand même...

mercredi 17 août 2016

Le paradis (au moins)

Moorea et ses eaux transparentes. Equipée de mon masque et tuba, j'ai fait le plein de sensations à l'eau salée et un petit garçon s'est pris de passion pour "sa surf"...
J'ai entendu le chant des baleines, j'ai plongé dans les eaux sombres et agitées pour apercevoir un peu plus au fond une grande baleine (qui semblait en lévitation, c'était très doux et magique), j'ai aperçu des dauphins (tout une bande) qui sautaient et plongeaient sous le cata-manu ("manou", "catamaran oiseau") sur lequel j'avais embarqué pour la matinée. Nous avons profité du lagon sur les plages de rêve de Moorea, les petites et les plus grandes, celles publiques et celles à l'accès plus privé, celles avec le sable blanc ou les patates de corail qui cachent mille et un petits poissons colorés. Nous avons caressé les raies, suivi les requins, ramés sur les kayaks, sauté dans des pirogues pour rejoindre le motu. Nous avons pris des couleurs et eu besoin de récupérer un peu. Nous avons dormi dans un petit coin charmant côté montagne, en changeant trois fois de maison (Temanu n'est pas perdu, mais à chaque fois il insiste bien "C'est MA maison") en dormant une nuit sous la tente, rebaptisée "tempète" par notre aventurier très excité de dormir dehors. Nous avons rencontré la mamie de Poema qui nous a accueillis pour un goûter au bord de l'eau, avec son sourire, sa gentillesse et toute l'émotion du partage de son histoire. Quelle rencontre émouvante une fois de plus ! Les larmes ne sont jamais très loin dans ces cas-là... mais quel cadeau de pouvoir faire des rencontres comme celles-ci. Décidément, l'adoption faaamu a plus d'un tour dans son sac pour nous apprendre à découvrir et écouter l'autre ! Nous rentrons demain à Tahiti par le ferry de 11h30, le "grooos bateau avec ma voiture dessus". Une fois de plus on range et ferme les valises, avec un petit coquillage caché au fond d'une trousse et les images de l'eau transparente et de la baleine merveilleuse dans un petit coin de la tête pour continuer à rêver...

jeudi 11 août 2016

Hiva Oa

Notre séjour marquisien a débuté avec la découverte de l'île de Hiva Oa sur laquelle notre avion s'est posé (survoler Tahuata en arrivant, émotion garantie !) Nous avons d'abord apprivoisé les Marquises grâce à cette île qui nous a semblé loin de tout, où il est difficile de trouver des produits frais à manger, où tout est très cher et rare... S'adapter à la vie sur une île assez isolée ne nous a pas semblé très facile ni accueillant d'un premier abord... Mais bien sûr tout a été différent quand nous sommes rentrés de Tahuata, on avait l'impression d'un retour à la civilisation !!! Tout est une question de point de vue :-)
Je vous laisse découvrir en images cette île merveilleuse !
 Nous avons fait du stop et voyagé dans la benne d'un 4X4 entre des plaques d'oeufs et une débroussailleuse, nous avons mangé des pamplemousses offerts par un monsieur alors qu'il faisait très chaud et que l'on remontait du quai, nous avons bu de la citronnade grâce au sac de citrons verts offert par Serge, nous avons râlé contre les terribles moustiques et vidé une bouteille de monoï anti-mousiques, nous avons vu l'avion et la tombe de Brel, nous avons vu des petits tikis et des géants, nous avons glissé sur une piste dans notre 4X4 alors qu'il pleuvait des trombes d'eau et que la falaise était vraiment tout près, nous sommes allés écouter les chants à l'église et c'était très émouvant ces voix d'hommes et de femmes qui se répondent et chantent en marquisien, nous avons retrouvé "gros tonton" qui accompagnait le groupe de jeunes pour le rassemblement des JMJ sur Hiva Oa (c'est d'ailleurs lui qui a "organisé" notre route vers Tahuata), nos avons dévoré des petits paquets entiers de bananes séchées au soleil des Marquises, nous avons découvert ce que signifie le passage de l'Aranui 5 tous les 15 jours : il vient décharger ses cargaisons et livraisons pour les habitants de l'île et des environs. C'est une très grosse activité et si l'Aranui ne peut pas débarquer, les réserves s'épuisent dans les magasins et chez les gens... Nous avons écouté attentivement les paroles de la chanson de Brel Les Marquises, et nous avons compris la fin de la chanson : "Veux-tu que je te dise, gémir n'est pas de mise aux Marquises"














lundi 8 août 2016

Ka'oha

Nous voici de retour des Marquises, de la plus folle et merveilleuse des aventures que nous ayons pu vivre jusqu'à présent (après l'adoption de Temanu !). Tahiti n'est pas le bout du monde. Le bout du monde, nous l'avons découvert à Tahuata, petite île des Marquises sud, dans la vallée de Hanatetena où nous avons été accueillis les bras grands ouverts par la famille de Teata. 
Nous avons été accueillis tout naturellement dans la famille marquisienne de notre petit garçon pour quatre jours de découvertes et d'échanges. Cette rencontre si improbable (et angoissante, avouons-le !) s'est pourtant avérée la plus simple des rencontres. Nous sommes devenus "Tatie Chloé" et "Tonton Colin" en un rien de temps, et Temanu a très vite chahuté, ri (et écrasé en rigolant) ses trois cousins et son grand frère et découvert des tontons et taties et sa mamie des Marquises avec timidité d'abord mais intérêt ensuite (merci les sucettes de Tatie Titi !). Quelle ambiance, quelle hospitalité ! Nous avons aussi trouvé bien des réponses aux questions qui pouvaient rester.
Nous avons sauté dans l'océan tiède des Marquises, joué dans les vagues, péché des poissons et mangé des toetoe (petits crabes) au citron et lait de coco, nous avons dégusté les firifiris d'Alice, le kaikai délicieux préparé par la maman de Teata et tonton foufou, porté les couronnes de tiarés préparées par Alice et Teata, nous avons chanté et dansé, chassé les moustiques, parlé jusque tard dans la nuit, nous sommes tombés du lit pour monter dans un 4x4 en direction d'une plage superbe dans une vallée perdue, nous avons bu l'eau de coco dans un coco vert, croqué à pleines dents dans un pamplemousse juteux, nous avons bravé la mer très forte sur un petit speed boat (grosse frayeur...), et rencontré des tikis cachés et découverts par tonton Hopé. Nous avons touché du doigt la difficulté de la vie dans les îles, dans une vallée loin de tout. Nous rentrons chez nous avec un grand respect pour les marquisiens. La vie aux Marquises est sauvage, brute, imprévisible. A l'image de ses paysages.
Nous avons tellement de chance d'avoir croisé un jour la route de Teata et d'avoir pu rencontrer toute la famille marquisienne de notre Temanu. Quelle aventure... Nous avons maintenant rendez-vous dans trois ans !